Ecoglyphe traductions

Mon télétravail et la pandémie

À l’heure où j’écris ces lignes, le monde entier est frappé par un ennemi invisible : le SARS-Cov-2 ou COVID-19, de son petit nom. L’Europe vient de fermer ses frontières et nous sommes confinés à la maison. Beaucoup continuent de travailler depuis leur domicile, grâce à Internet. Comme beaucoup de travailleurs indépendants, ce quotidien change peu de choses pour moi qui travaille depuis la maison depuis plus de 9 ans. Avec le temps, j’ai mis en place un ensemble de routines qui me permettent d’être efficace. J’ai cependant dû adapter un peu mon mode de vie pour faire face à la situation.

agenda heures de travail

1 – Mes routines avant le coronavirus

Le fait de travailler à la maison ne veut pas dire que l’on n’est pas au travail. Il faut donc se mettre en condition de travail. Le meilleur moyen est de mettre en place une routine du matin et une routine du soir, comme si l’on devait se déplacer pour aller au bureau, et le tout à peu près aux mêmes heures, histoire de ne pas se décaler. Je me lève donc toujours à la même heure, sauf quand je donne des cours, car je dois me rendre à l’université et je dois donc rajouter le temps de trajet. Je prends donc mon petit déjeuner tout en essayant de lire un peu, de faire de l’exercice si je sais que je n’aurai pas le temps dans la journée et de prendre soin de moi. À 9 heures de matin, parfois plus tôt en fonction de ma charge de travail, je suis habillée, coiffée, mais pas toujours maquillée et devant mon ordinateur.

Ma routine de travail est planifiée, et si ma charge de travail le permet, j’insère un peu d’entretien de la maison durant mes pauses (charger une machine à laver tout en faisant chauffer de l’eau pour la pause thé ne prend pas plus de temps).

Quand je suis à la maison, la pause de midi est consacrée au déjeuner et au sport. Les repas du midi sont organisés à l’avance de façon à prendre le moins de temps possible. Avant le confinement, j’essayais d’aller à la piscine au moins 2 fois par semaine. Le mercredi et le jeudi soir étaient consacrés respectivement à la danse et au yoga. Je termine généralement de travailler entre 18 h et 18 h 30 selon ma charge de travail. Je m’occupe ensuite du repas et de tout ce qui a trait à la vie familiale.

2 – Organiser et planifier (avec ou sans coronavirus)

Bien évidemment, toutes ces routines ont pu être mises en place grâce à une planification de mon travail et de mes tâches ménagères en amont. En l’absence de planification et de listes de tâches à faire, la procrastination a vite fait de s’installer. J’ai donc un agenda dans lequel je note mes tâches par plages de temps, au crayon de papier, pour pouvoir les modifier en cas de changement de programme. Evidemment, pas question de buller devant YouTube ou la télé durant les heures de travail, même si je regarde parfois le journal télévisé pour le tenir au courant des dernières actualités et que j’assure une veille pour la page Facebook d’Ecoglyphe. Planifier et anticiper sont les maîtres mots pour pouvoir vivre sereinement son télétravail. C’est encore plus vrai maintenant avec le confinement. En temps ordinaire mes sorties sportives étaient l’occasion de voir du monde et en cette période de crise sanitaire. Le fait de ne pas pouvoir sortir et voir mes amis sportifs est ce qui sera le plus difficile pour moi. La situation est un peu identique pour mes cours d’université. Mes étudiants, collègues et moi-même étant confinés, j’ai dû préparer mes cours (des travaux dirigés) à distance et mettre en place un chat via le site de l’université aux heures de cours pour que nous puissions communiquer.

Cela dit, j’ai la chance d’avoir ma famille auprès de moi, en bonne santé pour l’instant, et de pouvoir communiquer facilement avec ceux qui sont éloignés. Je m’estime donc privilégiée.

3 – L’organisation dans le cadre du confinement

Bien sûr, l’organisation décrite ci-dessus s’est trouvée bouleversée avec la crise sanitaire. Depuis le début de la semaine, nous vivons quelque chose que nous n’avons encore jamais rencontré dans notre monde moderne. Notre manière de vivre y est certainement pour quelque chose. Les nombreux voyages professionnels et personnels des privilégiés que nous sommes ont permis au virus de se répandre partout dans le monde, y compris et surtout en Occident. Dans ce cadre, des directives de confinement ont été données et il appartient à chacun de les respecter afin d’éviter la propagation anarchique du virus, de protéger les plus fragiles d’entre nous et surtout d’éviter la surcharge des hôpitaux.

Donc, notre organisation familiale a dû être totalement revue, car maintenant, mon conjoint travaille à distance depuis la maison et mon fils est au chômage, alors qu’il devait être embauché ces jours-ci. Nous avons donc transformé une partie de notre salon en bureau de façon à avoir 2 bureaux et chacun participe au bon fonctionnement de la maison selon son emploi du temps. Nous avons également la chance d’avoir un jardin, ce qui nous permet de prendre l’air de temps en temps.

Bien sûr plus question de piscine ni de cours de danse ni de yoga. Mais avec Internet, il existe de nombreux cours en ligne. Il suffit d’adapter un peu son emploi du temps et essayer de caser un peu de bien-être personnel dans tout ce bouleversement. Pour moi, plus de sport le midi, mais plutôt le soir en fonction des activités que je trouve en ligne. Le midi sert à décompresser en famille, autour du repas. Ce week-end, si le temps le permet, nous allons jardiner, car le printemps est revenu et nous avons des projets de potager. En fonction de mon emploi du temps et de la météo, je vais probablement intercaler de petites séances de jardinage dans les semaines qui vont venir, histoire de décompresser.

Conclusion

Nous serons confinés pour un bout de temps, donc nous n’avons pas d’autre choix que de nous adapter. Il est sûr que les premiers jours sont un peu plus compliqués, mais avec de la patience et de compréhension, rien n’est impossible. Nous avons la chance d’avoir un toit sur la tête, d’avoir à manger et de quoi nous distraire un peu. Nous ne sommes pas non plus totalement privés de liberté. Relativisons, ayons un comportement citoyen et attendons que l’orage passe. Dans quelque mois nous aurons probablement retrouvé notre liberté d’avant. Espérons que ces moments de confinement seront propices à une réflexion des citoyens et des dirigeants pour ce qui concerne la société et que des changements se mettrons en place pour construire un avenir meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.